23 juin 2010

L’ÂGE D’OR DE NOS GRANDES BIBLIOTHEQUES

« L'instauration des grandes bibliothèques royales et académiques, telles que le fonds Charles V au Louvre, riche d'un millier de manuscrits, la donation du Duc Humphrey à la bibliothèque bodléienne d'Oxford, ou la bibliothèque universitaire de Bologne, remonte au haut Moyen Âge. Les collections ducales et les cabinets de livres des ecclésiastiques et érudits humanistes font florès dans l'Italie du quattrocento. C'est cependant avec le développement d'une classe moyenne, d'une bourgeoisie privilégiée et éduquée dans toute l'Europe occidentale, que l'âge du livre et de la lecture classique a atteint son apogée.

Cet acte de la lecture, de même que les domaines annexes de la vente, de la publication, ou de la synthèse et du résumé de livres, présuppose certains concours de circonstances. On peut s'en faire une idée dans les lieux emblématique comme la tour-bibliothèque d e Montaigne, la bibliothèque de Montesquieu à La Brède, dans ce que nous savons de la bibliothèque de Walpole à Strawberry Hill ou dans celle de Thomas Jefferson à Monticello. Les lecteurs d'aujourd'hui possèdent en propre la matière même de leur lecture, les livres ne se trouvant plus dans des espaces publics, officiels. Une telle propriété nécessite à son tour un espace spécialisé, celui de la pièce couverte d'étagères pleines de livres, avec tout un lexique et des œuvres de référence qui rendent possible toute vraie lecture (comme Adorno l'observait, la musique de chambre dépend de l'existence même de pièces correspondantes, le plus souvent dans des maisons de particuliers). Un des réquisits essentiels également, c'est le silence.

Au fur et à mesure que la civilisation urbaine et industrielle assoit sa domination, le niveau de nuisance sonore connaît une inflation exponentielle, qui confine aujourd'hui à la folie. Pour les privilégiés, à l'âge classique de la lecture, le silence est encore une denrée, accessible dont le prix cependant ne cesse d'augmenter. Montaigne veille à ce que même les membres proches de sa famille soient tenus à l'écart de sa bibliothèque-refuge. Les grandes bibliothèques privées en appellent à des domestiques pour les maintenir en bon ordre, et huiler les reliures de cuir. Par-dessus tout, on a du temps pour lire. C'est l'image frappante retenue par Lamb des « cormorans de bibliothèque », tels sir Thomas Browne, ou Montaigne, ou Gibbon, s'épuisant nuits et jours à leur Léviathan. Y a-t-il un seul livre que Coleridge ou Humboldt n'aient pas lu, annotant, ajoutant de nombreux commentaires, pour composer, souvent sur le premier, un second livre dans les marges, sur des feuilles volantes, dans la prolifération des notes de bas de pages ? Que l'on me dise seulement quand Macaulay trouvait le temps de dormir ? ».


Extrait - Le silence des livres - George Steiner

En lien, un article paru chez Maître Po, Devin, qui présentait une exposition des plus belles bibliothèques du monde à la BNF, photographiées par un photographe turc, Armet Ertug.

18 commentaires:

Mango a dit…

Merci Nanne! Je bois ces lignes comme du petit lait!

Nanne a dit…

@ Mango : C'est un extrait magnifique sur les bibliothèques et les âmes qui les peuplent encore et toujours !

Emilie a dit…

Merci pour cet extrait, je troouve cela très intéressant!

loulou a dit…

merci pour ces lignes, et cette photo qui fait rêver :)...

Cleanthe a dit…

Superbe photographie (trinity college?). L'extrait que tu cites me rappelle combien la lecture de George Steiner est réjouissante pour ceux qui aiment vraiment les livres.

cathe a dit…

Où est le temps où l'on "huilait les reliures en cuir"... ;-)

Nanne a dit…

@ Émilie, Loulou : C'est un petit temps de lecture pour rêver sur tous ceux qui ont contribué à l'élaboration de nos plus grandes bibliothèques ... Sans le savoir, ils ont permis l'évolution intellectuelle de l'humanité !

@ Cleanthe : Exact, c'est la splendide bibliothèque de Trinity College. Et pour tous ceux qui aiment les livres, George Steiner est l'auteur à lire, même s'il n'est pas toujours facile d'accès ...

@ Cathe : On se demande où est passé ce temps où des personnes étaient employées à huiler les reliures en cuir ?! Certainement trop loin ... Surtout avec Ipad, cela va faire ricaner les plus jeunes ;-D

Delphine a dit…

Merci pour cet article !!

Moi j'ai lu 'ce jour là' et j'en parle ici, merci à toi
http://delphinesbooks.blogspot.com/2010/06/ce-jour-la-willy-ronis.html

Maître Po, devin a dit…

J'avais également en son temps écrit un article sur les bibliothèques :
http://www.maitrepo.com/article-33658483.html
à l'occasion de l'exposition à la BNF du turc Ahmet Ertuğ, dont tu as pris une photographie pour illustrer ton article.

L'occasion aussi de raconter une histoire qui n'amuse que moi.
Une blonde demande :
- Un cheeseburger, une grande frite et un coca light, s'il vous plaît. La fille au comptoir lui rétorque :
- Mais mademoiselle, nous sommes dans une bibliothèque !
- Oh pardon, je voudrais un cheeseburger, une grande frite et un coca light... reprend la blonde en chuchotant ! ;-)

Nanne a dit…

@ Delphine : Merci à toi d'être passée ... Je vais aller lire ton billet sur Willy Ronis, surtout que je veux le lire cet été (c'est à dire très vite) ! J'ajouterai ton lien à ce moment-là ...

@ Maître Po, devin : Je me souviens de cet article merveilleux sur l'exposition des photos de ce photographe turc, et merci pour cette piqure de rappel ... Je rajoute le lien à cet extrait ! Je trouve toujours cette histoire désopilante, moi aussi, alors que je ne devrais pas, par solidarité avec les blondes ;-D

Dominique a dit…

George Steiner est vraiment un maître tous ses livres, tous ses articles sont un bonheur y compris quand ils obligent à un effort certain car ce diable d'homme a l'érudition tellement facile que nous autres pauvres lecteurs devons courir un peu derrière lui
j'aime beaucoup cet extrait

liliba a dit…

Bibliothèque de rêve !

dasola a dit…

Bonjour Nanne, très beau texte intelligent (mais M. Steiner n'est pas n'importe qui) et très jolie de bibliothèque. C'est un rêve de travailler dans un endroit pareil. Bonne journée.

Nanne a dit…

@ Dominique : Je suis tout à fait d'accord avec toi concernant George Steiner sur la qualité de ses écrits (livres ou articles) et sur son érudition ... C'est un auteur qu'il faut prendre le temps de lire pour bien le comprendre ! Cet extrait en est un excellente exemple.

@ Liliba : C'est la bibliothèque de Trinity College à Dublin ! Je crois que beaucoup rêvent d'avoir une telle bibliothèque ...

@ Dasola : C'est un extrait une grande intelligence et d'une grande finesse sur nos érudits et leurs bibliothèque ... Et travailler dans ce genre d'endroit doit-être le summum du bonheur ! Belle semaine à toi.

La plume... a dit…

La bibliothèque est vraiment comme ça ou la photo a été retouchée? Splendide en tout cas!

Nanne a dit…

@ La plume ... : Je te confirme que la photo est la réplique de la bibliothèque du Trinity College de Dublin. C'est une photo faite par un photographe turc, Ahmet Ertug qui a fait une exposition des plus belles bibliothèques du monde à la BNF ! Tu peux en voir un (large) extrait chez Maître Po que j'ai rajouté à la fin de mon billet ...

ta d loi du cine a dit…

Merci pour cette information (même a posteriori) concernant les photos des bibliothèques... A partir du billet de Maître Po, j'ai pu aller jusqu'au site du photographe turc: un diaporama y présente "en musique" ces magnifiques photos de blibliothèques.
(s) Ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

Nanne a dit…

@ ta de loi du ciné : Bienvenu sur mon site, car les "squatter" de chez Dasola et les visiteurs de Maître Po sont aussi mes amis ! J'ai beaucoup aimé cet extrait du livre de George Steiner et je voulais le partager avec d'autres amoureux des belles bibliothèques et des livres rares. Le site de Armet Erturg est d'une grande beauté artistique ...