1 juin 2009

L'ÂME DE MONTMARTRE

  • Le cabaret des Muses - "Au Moulin Rouge" Tome 1 - Gradimir Smudja - Delcourt Éditions


1889. Le comte Henri de Toulouse-Lautrec Monfa a délaissé l'ambiance cosy et feutrée de ses origines aristocratiques pour se plonger dans la vie nocturne de la Butte Montmartre et de son célèbre Moulin Rouge. Tel un oiseau de nuit, Henri de Toulouse-Lautrec fréquente ce quartier populaire et miséreux pour y puiser son inspiration, et être plus près des étoiles. Au Moulin Rouge, il y trouve un monde à sa mesure, où - devrait-on dire - à sa démesure. Ce petit grand homme s'est fait une réputation de fêtard invétéré et de coureur de jupons auprès de la bonne société de cette fin de siècle, ce qui le met au ban de celle-ci. "Son altesse ... volait comme une bulle de savon au-dessus d'un volcan plein de braises, éperdument prête à mourir pour un jupon".

Dans une sarabande délirante et surréaliste, Henri de Toulouse-Lautrec nous raconte sa vie quotidienne de noctambule, de peintre et d'affichiste du Moulin Rouge et de son quartier. Léger comme une bulle de champagne, en raison de sa petite taille, il se plait à chevaucher les jambes des danseuses de cancan de la troupe de Mademoiselle Églantine. Un léger lever de jambe, envoie Lautrec dans les seins voluptueux de Cha-Hu-Kao, célèbre artiste de ces lieux, rebondissant pour être immédiatement expédié sur les ailes du Moulin et finir en compagnie de Chocolat, danseur et clown de Bilbao et d'Alfred Dreyfus, pour quelque temps encore un simple capitaine anonyme, passionné de femmes et de batailles navales.

Henri de Toulouse-Lautrec, amoureux de la vie et des femmes, noyait sa tristesse dans le brandy, le cognac Hennessy et autres vins fins millésimés et pour oublier son
immense solitude. Seul au milieu d'amis intéressés, jet setter avant l'heure. Dans cette compagnie de noceurs, s'y trouvaient les anciennes petites amies de Toulouse-Lautrec, La Goulue et Jane Avril, le chansonnier de la Butte Aristide Bruant, Valentin le désossé - danseur de quadrille au Moulin Rouge - et quelques autres, inspirant ses affiches ou tableaux. Et dans son sommeil, Lautrec songe à des cirques féériques et merveilleux, de chevaux blancs et d'éléphants roses à tutus. Il rêve de grandeur qui - tel un Gulliver artiste - domine Paris de toute sa taille, se balance sur les dômes du Sacré Cœur, joue les équilibristes avec les tours de Notre Dame, et prend un repos mérité en s'endormant dans la cour du Louvre.

Dans le premier tome du "Cabaret de Muses", Gradimir Smudja nous relate les débuts artistiques de Henri de Toulouse-Lautrec dans le Montmartre de la fin du 19ème Siècle. Sous-titré "Au Moulin Rouge", ce tome nous promène dans le Paris de la Belle Époque qui regroupait tout une multitude d'artistes, de peintres, de sculpteurs connus et moins connus, de modèles, de femmes de petites vertus. C'est un univers singulier et fantastique qui renaît sous nos yeux ébahis dans cette sublime bande dessinée. C'est un Toulouse-Lautrec égal à lui-même, artiste et bohème dans l'âme, aristocrate de nom et noble de cœur. Un homme meurtri par sa petite taille qui s'est créé une vie à sa façon, pleine de couleurs, de vie, de fantaisie. Dans ce tome, prenant des libertés avec la réalité, Toulouse-Lautrec - outre sa présence permanente au Moulin Rouge, devenu son quartier général, sa source d'inspiration - rencontrera d'autres artistes aussi célèbres que lui, tels que
Vincent Van Gogh qu'il poussera à persévérer dans la peinture, Edgar Degas vieillissant, belliqueux et enfermé avec ses jeunes et fraîches danseuses de l'opéra, Auguste Rodin grondant et vitupérant contre ses statues et ses modèles, Gustave Eiffel tentant la construction éphémère d'une tour en cartes s'effondrant au moindre souffle, Claude Monet replié à Giverny avec ses nymphéas impressionnistes, Georges Seurat et ses œuvres pointillistes, Pierre-Auguste Renoir rhumatisant et ratiocinant sans fin sur tout et sur rien, Suzanne Valadon modèle au caractère bien trempé, Paul Gauguin bagarreur et pirate flamboyant. Tout un monde aujourd'hui disparu qui surgit par la palette admirable de Gradimir Smudja, dont le talent de caricaturiste, de conteur et de peintre est hors du commun.

Catherine a lu les quatres tomes du "Cabaret des Muses" et a beaucoup apprécié l'ensemble.

12 commentaires:

Florinette a dit…

Tout ceci donne très envie de découvrir ce livre. Il ne te reste plus qu'à aller visiter son château qui se trouve dans la région, à Verdelais, et à mon avis cette visite devrait beaucoup te plaire ! ;-)

Dominique a dit…

Une jolie série, je note ça car il y a des amateurs de BD autour de moi et une qui en plus est amateur de peinture donc.....
Super le lien vers le blog de Catherine que je ne connaissais pas
coup double donc ce matin

Allie a dit…

J'avais beaucoup aimé la bd sur Van Gogh du même auteur. Je pense que je vais me laisser tenter par ceux-ci!

Leiloona a dit…

Sympa cette BD qui parle de peinture. Je regarderai chez le libraire. Merci.

Nanne a dit…

@ Florinette : Merci pour le petit tour à Verdelais que j'ai visité (le vin aussi est très bon, d'ailleurs !) ... J'ai bien l'intention de visiter le musée et le château de famille à Albi ! Il paraît qu'il vaut le détour ... Bonne semaine à toi !

@ Dominique : Cette BD est magnifique avec des dessins dignes des peintures impressionnistes ! L'histoire est librement inspirée de la vie de Lautrec, mais très originale et onirique. Catherine a un blog très intéressant !

@ Allie : Je veux lire la BD concernant Van Gogh qui est très réussie, d'après ce que j'ai lu ... Mais avant, je veux terminer cette série !

@ Leiloona : Si tu aimes la peinture de Toulouse-Lautrec en particulier et des impressionnistes en général, alors cette BD est faite pour toi ! Les dessins sont extraordinairement beaux ...

loulou a dit…

mon commentaire a disparu ! je recommence : je disais donc, que la vie de cet artiste sous cette forme me tente beaucoup même si je ne suis pas trop "BD"

Alwenn a dit…

Je crois que tu m'as conquise ! Je la note sur ma LAL !

Ys a dit…

Pas facile de mettre en images la vie d'un peintre, il faut que les illustrations tiennent la route ! En tout cas, cet homme a eu une vie assez passionnate pour en faire 4 tomes !

Lou a dit…

Je ne connaissais que trois tomes (enfin Vincent et Van Gogh en fait partie ?). J'ai adoré, les illustrations sont génialissimes ! Je suis heureuse de voir que tu mets cet album à l'honneur. Je me promets de le faire depuis longtemps mais je n'ai pas encore relu ces BD depuis l'ouverture de mon blog. Mais j'y viendrai !

Nanne a dit…

@ Loulou : Ce n'est pas une BD, mais plutôt un (superbe) roman graphique avec des illustrations rarement vues dans une BD ... A lire d'urgence !

@ Alwenn : Comment, tu ne la connaissais pas encore ?! Alors que tu es la reine de la BD de qualité ! Il faut remédier à cette lacune dare dare ... Et je suis presque certaine qu'elle te plaira !

@ Ys : C'est un pari très difficile à réaliser que de mettre en images la vie d'un artiste, mais les illustrations de cette BD sont du grand art ! Elles rendent hommage aux œuvres de Toulouse-Lautrec et à l'ensemble des impressionnistes ... C'est aussi une interprétation très libre de la vie foisonnante de ce grand peintre !

@ Lou : "Vincent et Van Gogh" ne fait partie de cette série. Celle-ci parle de l'existence de Toulouse-Lautrec à Montmartre, de sa passion pour le Moulin Rouge, les chevaux, les femmes, la peinture et l'alcool ! Cette BD est de la même veine que "Vincent et Van Gogh" avec des dessins sublimes ... J'ai déjà lu les deux premiers tomes. Il ne me reste plus qu'à réserver les deux derniers pour les présenter ! Et c'est un vrai bonheur de les faire connaître et partager pour la beauté des illustrations ...

Manu a dit…

Là tu me tentes ! Mais mon porte-monnaies n'est pas d'accord du tout :-D

J'adore Montmartre et cette époque !

Nanne a dit…

@ Manu : C'est tout le problème des blogs que de tenter et d'appâter le lecteur ... Tu peux peut-être le trouver en bibliothèque, comme moi ! Sinon, te le faire offrir ... Les dessins sont extraordinaires de beauté ! Et l'atmosphère de Montmartre et de cette époque est magistralement rendue ...