4 octobre 2009

LE ROUGE ET LE NOIR A L'ITALIENNE

  • Le Guépard - Giuseppe Tomasi di Lampedusa (Point Seuil)

Autant l'avouer dès le début, je me sentirai en règle avec ma conscience, j'avais beaucoup de crainte à commencer "Le Guépard". Pour comprendre cela, il faut reconnaître - qu'à ma grande honte - je me suis toujours endormie devant le film, splendide, de Luchino Visconti. Et pourtant j'adore ce réalisateur italien. Je ne connaîtrai jamais la fin - ni même le milieu - de ce chef d'œuvre du cinéma. Tout cela parce qu'il me semble que le film manque de dynamisme, d'action. Aussi, pour le livre, même combat. Et force est de constater que "Le Guépard" de Lampedusa est un livre magnifique, certes, mais ... quelque peu statique.

Lorsque les troupes garibaldiennes débarquent en Sicile et déstabilisent le trône et ses fidèles, cela ne perturbe pas outre mesure le prince Fabrice de Salina, savant mélange d'aristocrate sicilien mâtiné de gènes germaniques. "Son tempérament autoritaire, sa raideur morale, sa propension aux idées abstraites, rencontrant la mollesse de la société parlimertaine, s'étaient mués respectivement en caprices tyranniques, en cas de conscience perpétuel, en mépris pour ses parents et amis qui lui semblaient voguer à la dérive le long des lents méandres du pragmatisme sicilien".

Plus intéressé par l'astrologie et ses secrets que par les intrigues de la cour qu'il méprise, Don Salina et sa famille jouit d'un immense prestige sur ses terres héréditaires et auprès de ses métayers. Mais lorsque des mouvements insurrectionnels s'amorcent, c'est surtout pour faire évoluer la société et ses mentalités féodales. Et s'il est des prérogatives qui sont périssables, ce sont bien celles de la noblesse.

Si ces changements amusent Don Salina qui s'en accommode malgré tout, son neveu, Tancrède Falconeri est bien décidé à prendre le bon parti, celui de la révolution en marche. Noble désargenté, Tancrède est prêt à beaucoup pour redorer son blason, même à épouser une belle et riche jeune fille de parvenu. C'est Angélique, fille de Don Calojero, qui lui permettra de réaliser son rêve. "Tancrède s'abandonnait à de longues considérations sur l'opportunité, mieux : sur la nécessité d'unions entre des familles celle des Falconeri et celle des Sedara [...] ; on devait les encourager pour l'apport de sang nouveau qu'elles transmettaient aux vieilles souches, et parce qu'elles concouraient à niveler les classes sociales, ce qui était présentement l'un des buts du mouvement politique italien".

Le propre des révolutions est de renverser non seulement le pouvoir en place, mais de le faire changer de mains. Dans "Le Guépard", on assiste à la chute des grandes familles de Sicile telle la maison Salina et à l'ascension d'opportunistes, tel Don Calojero. Évidemment, la chute des privilèges et du prestige des Salina est lente, mais elle est sûre et inexorable. On a conscience qu'avec la disparition du prince Fabrice Salina, on vit les dernières heures de la tradition aristocratique en Italie.

"Le Guépard" est un livre magnifique à l'écriture élégante, délicate et savoureuse, un classique de la littérature italienne que je ne regrette pas d'avoir lu. Il fait revivre au lecteur les grandes heures de l'Italie et son passage d'une société féodale et religieuse à une société moderne et démocratique avec tout ce que cela implique de renoncements, de trahisons, de mésalliances, de reniements et de violences larvées. "Nous fûmes les Guépards, les Lions : ceux qui nous succèderont seront les Chacals, les Hyènes. Et tous tant que nous sommes, Guépards, Chacals, Brebis, nous continuerons à nous considérer comme le sel de la terre".

L'avis de Wictoria ... Je n'en n'ai pas trouvé d'autres ! Dans le cas contraire, merci de vous faire connaître dans un commentaire.

19 commentaires:

Ys a dit…

Ni lu, ni vu... Lors de mon périple italien estival, je me suis renseignée sur les chefs d'oeuvre de la littérature italienne et je suis souvent tombée sur "Les fiancés" de Manzoni, historique comme celui-ci. Mais pas beaucoup lu non plus part chez nous, je crois...

Malice a dit…

Lu il y a très longtemps j'avais bcp aimé tout comme le Splendide film de Visconti !

keisha a dit…

Je l'ai lu il y a longtemps (mais pas vu le film)et en garde un bon souvenir!

Dominique a dit…

Lorsque je lis un billet d'un livre inconnu cela me donne envie, c'est normal , mais hélas pour moi quand je lis un billet sur un livre lu il y a longtemps ...même effet et en plus de tout ce que j'ai à lire je ressors des vieux titres ... totalement invivable
Il y a une nouvelle traduction du Guépard assez récente. (pour info)
bon dimanche

loulou a dit…

jamais vu le film, mais par contre le livre est sur ma LAL depuis très longtemps ! bon dimanche :)

Nanne a dit…

@ Ys : C'est étrange ce qui tu m'écris-là, parce que "Le Guépard" de Lampedusa est vraiment un classique de la littérature italienne et un incontournable ! Par contre, je connais de nom Manzoni, sans jamais l'avoir lu ... Et cela me donne d'un coup envie !

@ Alice : Le roman est assez lent, mais à l'écriture réellement belle. Par contre, j'ai honte de n'avoir jamais pu voir le film de Visconti jusqu'au bout ... Mais je vais tenter de le revoir en DVD ! Ce serait dommage de passer à côté d'un tel chef d'œuvre du cinéma.

@ Keisha : C'est un livre dont on se souvient longtemps par l'écriture d'une grande beauté ! Il ne te reste plus qu'à voir le film qui est très romantique (même si je ne l'ai pas vu en entier !).

@ Dominique : Je vis le même calvaire que toi et je crois que nous sommes pas seules ... Cela peut rassurer ! Mais je ne peux pas m'empêcher de relire certains classiques incontournables. Tout est une question de choix et on sait tous que l'on ne pourra pas lire tous les livres qui sortent ;-D Bonne semaine à toi ...

@ Loulou : Si tu as aimé le film, je pense que le roman devrait te plaire assurément ! Si tu veux que je te l'envoie, fais-le moi savoir (il me suffira de le retrouver dans mes étagères ...). Bonne semaine à toi ...

Isil a dit…

Ayons honte aussi, je n'ai jamais fini le film non plus :-/
Le livre me tente depuis un moment mais si c'est trop lent, je vais avoir du mal aussi.

Nanne a dit…

@ Isil : Cela rassure de savoir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir terminé le film ! Par contre, j'étais réticente pour le livre à cause du film et je suis ravie d'avoir dépassé cette crainte ... Malgré sa lenteur, la lecture est facile parce que l'écriture est réellement magnifique ! Je ne saurais te conseiller de tenter cette lecture ...

sylire a dit…

Il fait partie des suggestion pour la session du blogoclub de janvier. S'il est élu, j'aurai le plaisir de le lire prochainement.

chiffonnette a dit…

Je tourne autour du film et du roman depuis des années!

Nanne a dit…

@ Sylire : J'ai vu qu'il faisait partie des suggestions pour le blogoclub de janvier prochain ... C'est une lecture un peu en avance sur la date ! Mais tu peux le lire, même s'il n'est pas choisi, car c'est vraiment un excellent roman et un classique de la littérature italienne. Je peux te l'envoyer, si tu le souhaites ... Fais-le moi savoir ;-D

@ Chiffonnette : Ne résiste pas trop longtemps pour le roman, tu risquerais de passer à côté d'un chef d'œuvre de la littérature italienne ! Le film de Visconti est très beau et romantique, même si je ne l'ai jamais vu jusqu'au bout ...

Marie a dit…

Aïe... Je fais partie de celles qui s'endorment devant les films de Visconti...

Nanne a dit…

@ Marie : Le seul film devant lequel je ne me suis jamais endormie est "Les Damnés" ... Un peu particulier, mais superbe à mon sens !

sylire a dit…

Si le blogoclub le sélectionne, pourquoi pas (je regarderai toutefois si ma biblio ne l'a pas) mais sinon je crois que j'ai assez de livres dans ma PAL pour l'instant :-)

Nanne a dit…

@ Sylire : Pas de problème ! Ne t'inquiète pas pour ta PAL, je connais bien la situation ... Et je compatis ;-D

Manu a dit…

Je dois bien avouer que le film ne m'intéressait pas et que je passerai aussi sur le livre.

Nanne a dit…

@ Manu : Passer sur le film, j'ai fait comme toi parce que je me suis toujours endormie avant la fin ... Mais, le livre, tu passes à côté d'un très bon roman ! Mais c'est ton choix ;-D

mirontaine a dit…

Il faut que je le relise pour mon défi de littérature italienne, j'en garde un bon souvenir :)

Nanne a dit…

@ Mirontaine : Honnêtement, je craignais de m'ennuyer avec cette lecture, comme devant le film ! Mais je ne regrette pas cette magnifique découverte. Je comprends que son souvenir reste en mémoire ...