12 janvier 2009

LES PREJUGES

  • La circoncision - Bernhard Schlink (Folio 2€ n°3869)


Andi aime Sarah, quoi de plus naturel. Seulement, Andi est Allemand et Sarah, juive américaine. Lorsqu'il est présenté pour la première fois à toute la belle-famille, il cherche à séduire, à plaire, à convenir, à ne pas faire d'impair. Andi a bien appris de Sarah quelques bribes de l'histoire familiale, la déportation de certains, les persécutions des autres. Il a pourtant été bien accueilli, malgré sa nationalité. Tous, y compris oncle Joseph et tante Leah - les rescapés - ne lui ont trouvé que des qualités. C'est le jeune homme qu'ils ont rencontré, avec qui ils ont échangé. Pas l'allemand, son histoire personnelle, encore moins le passé de son pays. "Tu leur as beaucoup plu à tous. J'ai eu droit à toutes sortes de compliments sur ton compte : comme tu étais beau, comme tu étais intelligent, et quel charme, quelle modestie, quelle modestie ... Pourquoi aurais-tu voulu qu'ils t'embêtent avec ton histoire ? Ils le savent, que tu es allemand". Pourtant Andi se sent mal à l'aise. Cela a été un sujet de dispute entre eux. La première depuis leur rencontre coup de foudre à Central Park. Pas la dernière.

Et puis, il y a Rachel, la sœur de Sarah. Rachel, juive pratiquante, qui veille sur l'avenir spirituel de ses enfants. Parce que, pour elle, point de salut en dehors de la religion. Il lui est inconcevable que ses enfants n'épousent pas des Juifs, pour
préserver la tradition. Pas de mariage mixte chez elle. Ce serait une perte définitive pour le judaïsme. Andi ne comprend pas ce comportement. Il ne l'admet pas parce qu'il se sent heurté par ce jugement à l'emporte-pièce, cette exclusion arbitraire. Et de la part des amis de Sarah, il y a bien quelques petites allusions sur des expressions en allemand, comme lorsqu'une pagaille extrême est qualifiée de "polonaise" ou encore de répéter plusieurs fois la même chose "jusqu'au gaz". Andi n'accepte pas ces attaques perfides et mesquines sur sa langue, son pays, sa culture, son histoire et tente - tant bien que mal - de se défendre avec ses arguments.

Enfin, il y a le séjour en Allemagne. Andi est tout à son bonheur de faire découvrir son pays, la beauté de ses paysages, sa culture. Andi est heureux parce que Sarah est une femme merveilleuse qui a su se faire accepter par ses parents dès les premiers instants. Première brèche dans ce séjour idyllique, le passé paternel, avec un poste d'attaché économique chargé d'inventorier les œuvres d'art des pays occupés pendant la guerre. Il fallait rassurer Sarah, la mettre en confiance. Pourquoi calmer ses angoisses, sa méfiance ? Parce que de confession juive ? Et une nouvelle fois, Andi de se justifier sur un détail sans importance, sur une phrase, un mot anodin et sans intérêt.

En fait, dans ce couple mixte, tout peut être sujet à dispute. Une parole en l'air, un mot mal employé, un sujet banal, une expression ou une blague stupides, tout est occasion pour Andi ou Sarah de se sentir attaqué. "Leurs familles étaient un sujet scabreux, mais l'Allemagne aussi, et Israël, et les Allemands, et les Juifs, et son travail à lui, et celui de Sarah, la conversation pouvant alors facilement venir sur celui d'Andi. il s'habitua à censurer ce qu'il voulait dire, à préférer taire telle impression critique sur la vie new-yorkaise et, quand il trouvait faux et
prétentieux les propos que tenaient sur l'Allemagne et l'Europe les amis de Sarah, à ne pas le dire".

Jusqu'au jour où Sarah amalgamera Allemand et Holocauste. C'est la goutte qui fera déborder le vase, la phrase de trop, la comparaison systématique qui renvoie toujours à un passé qui n'appelle aucune justification, pas la moindre
explication parce qu'il n'y en a pas. "Ce que tu as à voir avec l'Holocauste ? Tu es allemand, tu as à voir avec l'Holocauste. Et cela préoccupe les gens même quand ils sont trop polis pour te les montrer".

"La circoncision" de Bernhard Schlink aborde deux thèmes sensibles, celui des couples mixtes, d'une part, celui du poids du passé et de la Mémoire dans le couple, d'autre part. Dans un texte limpide et fluide, l'auteur nous interpelle sur la difficulté de faire vivre un amour dans un couple aux origines religieuses et ethniques différentes. Dans le couple Andi / Sarah, c'est lui qui est l'éternel coupable. Il ne peut qu'avoir tort puisqu'il est allemand, l'ennemi historique par définition. Il porte en lui les stigmates d'un passé qu'il connaît, qu'il subit et dont il est - lui aussi - victime par sa naissance. En lisant "La circoncision" on à l'impression qu'Andi ne peut faire autrement que d'accepter son sort de "méchant", même
lorsqu'il tente une explication, une justification de comportement. Sarah, victime éternelle par l'histoire de sa famille, est un être presque insupportable à vouloir à tout prix imposer sa manière de voir à Andi. elle semble persuadée de détenir la vérité vraie, de ne jamais se tromper, de ne pas faire d'erreur de jugement. Au final, on se demande ce qu'Andi pourrait bien faire pour sauver son couple de chamailleries permanentes et usantes. Quand bien même il trouverait une solution, nul doute qu'elle ne conviendrait pas à Sarah, parce que trop ... allemande.

L'avis de Lilly, celui de Rats de biblio ... D'autres peut-être. Faites-le moi savoir dans un commentaire.

13 commentaires:

keisha a dit…

je viens de lire le liseur, et un autre titre de Schlink me plairait bien ...

sylire a dit…

J'avais beaucoup aimé le liseur. je compte bien continuer ma découverte de cet auteur.

Manu a dit…

Moi aussi, j'ai beaucoup aimé "Le liseur" et je pense que celui-ci me plairait beaucoup. Le sujet m'intéresse énormément !

Florinette a dit…

J'ai dans ma PAL "Le liseur" qu'il faut que je découvre avant celui-ci qui est tout aussi tentant !

Leiloona a dit…

Tout comme les autres, j'ai aimé "Le Liseur", je le note !

Lilly a dit…

En fait, cette nouvelle appartient au recueil "Amours en fuite", et je trouve qu'elle a beaucoup moins de sens publiée comme cela... Si tu peux le trouver, n'hésite pas à découvrir les autres nouvelles !

Nanne a dit…

@ Keisha, Sylire : Je voulais être sûre que cet auteur allait me plaire ... J'ai préféré commencer par un petit livre, plutôt qu'un plus conséquent !! J'ai "Le liseur" et "Le retour". Et je vais vite les lire pour les partager ;-D

@ Manu : La façon dont le sujet du couple mixte est abordé est plutôt originale ! On sent un peu de vécu dans son écrit ...

@ Florinette : Tout le monde en disait du bien ... J'ai préféré commencé par un folio 2€, même si j'avais déjà "Le liseur" et "Le retour" !!

@ Leiloona : Il devrait te plaire parce que le fond est identique (la culpabilité de l'Allemagne) ... Et c'est très bien écrit, surtout ;-D

@ Lilly : J'ai vu qu'il était extrait d'un recueil de nouvelles ... Tentatrice !!

Meria a dit…

Ton commentaire m'incite à mettre ce livre dans ma LAL, en prenant en compte la remarque de Lilly.

Nanne a dit…

@ Meria : Je te conseillerai l'avis de Lilly et de lire le recueil de nouvelles "Amours en fuite" ... Mais cet extrait donne une idée de la qualité de l'auteur !

Stephie a dit…

Je suis convaincue et rajoute ce titre à ma liste.
Merci beaucoup.

Nanne a dit…

@ Stephie : C'est un petit livre qui donne une très belle idée de la qualité de cet auteur incontournable dans la littérature contemporaine ... J'espère qu'il te plaira autant qu'il m'a plu ;-D

Stephie a dit…

Je viens de le terminer. Merci pour la découverte.

Pimprenelle a dit…

J'ai également beaucoup aimé cette lecture que je viens de commenter. Et Le Liseur m'attend bien sagement dans ma PAL! J'ai hâte de le découvrir!