30 mars 2009

SAGA AFRICAINE

  • Aya de Yopougon - Marguerite Abouet / Clément Oubrerie - Bayou Gallimard


"Allez, coupez le son, refermez votre journal et oubliez un instant les rapports de tous les organismes à sigles. Toutes ces boîtes de Pandore qui ne cessent de nous commenter l'Afrique en nous accablant de chiffre, affreux, de courbes tristes et de coups d'État à répétition. L'Afrique, ce n'est pas seulement ça, et même, tenez-vous bien, si, si, je vous assure, mais si, puisque je vous le dis, c'est tout le contraire. L'Afrique ce sont des jolies filles très malignes qui vont gazer au "Ça va chauffer" ou au "Secouez-vous" et se laissent embrasser à l'Hôtel des mille étoiles pendant que d'autres s'enferment pour devenir médecin. L'Afrique, ce sont des papas qui s'appellent Ignace ou Hyacinthe et des mamans un peu guérisseuses sur les bords. A Yopougon en Afrique, Côte d'Ivoire, comme partout ailleurs (plus qu'ailleurs ?), on s'engueule, on se réconcilie, on rit, on pleure, on danse, on cherche une issue à tout ça et on offre du Nescafé aux sexy génitos".

Bienvenue à Yopougon, quartier populaire et hauts en couleurs d'Abidjan, pompeusement baptisé Yop City. Dans ce quartier, tout le monde se connaît, se fréquente, parce que chacun est le cousin - proche ou éloigné, réel ou fictif - de l'autre. Yopougon est comme une grande famille. Autour de Aya, gravite son petit monde peuplé de ses parents - Ignace et Fanta -, d'Adjoua et de Bintou, ses deux meilleures amies.

Aya est une jeune fille de dix-neuf ans qui a de l'ambition. Contrairement à ses deux amies, elle veut faire de longues études de médecine. Elle ne veut surtout pas finir en séries "C" - coiffure, couture, chasse au mari - comme la majorité des filles de son âge et de sa classe sociale. La grande difficulté est que son père ne l'entend pas de cette oreille. Les longues études sont réservées aux garçons. D'ailleurs, il a d'autres aspirations pour Aya. Il veut lui présenter le fils de son patron. Le pauvre
Moussa Sissoko est un idiot qui passe son temps à gazer dans les maquis de Yopougon, et à dépenser l'argent de son riche père, propriétaire des bières Solibra, celles de l'Homme fort !

A Yopougon, les jeunes filles flirtent avec de jeunes gars et se donnent des rendez-vous au clair de lune sur la place
du marché - l'hôtel aux mille étoiles - pour découvrir et vivre l'amour. Aya, elle, est une fille sérieuse. Elle ne cherche ni petit ami, ni mari. Elle ne veut que continuer ses études. Parce que Aya est intelligente, elle a compris que les études lui donneront l'indépendance et le droit de choisir sa vie. Et tant pis si les hommes lui courent après dans la rue, si Moussa Sissoko - le crétin - la trouve à son goût, si Hervé - le cousin de Bintou - en est secrètement amoureux, si Mamadou - le don juan de Yopougon - s'intéresse de près à elle. Aya viendra en aide à son amie Adjoua, tombée enceinte involontairement et obligée d'épouser cet imbécile de Moussa - le garçon le plus bête et le plus riche d'Abidjan - pour sauver la face.

Avec le tome 1 de "Aya de Yopougon" on découvre une autre Afrique, très loin des clichés servis habituellement par les médias ou les ONG. Ici, pas de guerres inter-ethniques, pas de coups d'État militaire, pas de pandémies, pas de famines. Non. Dans "Aya de Yopougon", c'est le quotidien d'un quartier de la classe moyenne d'Abidjan. Parce que, chassez de votre esprit qu'en Afrique les gens sont différents des Européens. Ils ont les mêmes rêves, les mêmes vies, les mêmes soucis, les
mêmes joies, les mêmes peines, les mêmes espoirs. Sauf qu'en Afrique, il faut compter avec le poids des traditions, des mœurs, des usages persistants dans la société. Les filles sont surveillées, chaperonnées, encadrées par leurs frères, leurs pères. Seuls, les garçons ont des droits, celui de draguer dans la rue, de sortir le soir, de faire des études. Et quand ce joli monde ne marche pas droit, c'est avec des raclées pour tout le monde que cela se règle. L'homme - le père, le frère, le mari, l'amant - est le maître chez lui.

Dans "Aya de Yopougon" les riches sont très riches et très actifs. Ils aiment se montrer et étaler leurs biens pour frimer et impressionner par leurs relations politiques leur entourage. Les riches sont méprisants et arrogants. Corrompus aussi. Comme on les voit trop avec leurs vêtements parisiens, leur argent dépensé à tort et à travers, ils suscitent des convoitises. Les riches en Afrique veulent être comme les riches en Europe, respectés et influents.

Dans ce premier tome on y parle de la vie et de l'avenir des jeunes, des espoirs des parents, de l'amour aussi. On y traite des relations parents/enfants, homme/femme, mère/fille, mais aussi des guérisseurs, des faiseuses d'ange, des dangers et des risques de l'amour à l'adolescence. On y retrouve une Afrique belle, dansante et chantante, pleine de vie, de drôlerie, d'humour et de fantaisie. Une Afrique jeune qui veut vivre libre et indépendante, qui connaît les mêmes problèmes que partout
ailleurs dans le monde. Une Afrique qui tente de se fabriquer un avenir malgré les freins, nombreux.

Les dessins de Clément Oubrerie sont simples avec un tracé léger et aux couleurs chaudes comme le climat de la Côte d'Ivoire. En fin de premier tome, on trouve le lexique ivoirien, pour traduire le langage coloré et fleuri de cette savoureuse BD. On apprend en quelques lignes à comprendre la signification des motifs d'un pagne, à réaliser un cocktail de jus de gingembre ou une sauce d'arachide, ou encore comment draguer efficacement. En bref, ce premier tome de "Aya de Yopougon" est un vrai concentré de bonheur, de joie avec des petits bouts de mots et d'expressions typiques qui illuminent notre lecture.

Beaucoup de lectrices ont aimé, dont Saxaoul qui a adoré la fin, Tamara, Kathel est séduite par cette BD et la liste des fans continue sur le Blog-o-Book ...

8 commentaires:

keisha a dit…

Je voulais faire dédicacer le tome 4... mais trop de monde!
Oui, j'aime aussi l'ambiance africaine de ces livres...

freude a dit…

Ah, ma bibli est en train de les rentrer, j'ai hâte !

liliba a dit…

J'ai déjà vu cette BD et j'avais noté le titre, ça a l'air très joli, et intelligent en même temps, c'est rare !

Florinette a dit…

J'adore cette série et maintenant il faut que je prenne mon mal en patience pour voir arriver le cinquième tome ! ;-)

sylvie a dit…

lu des posts, pas mal déjà, mais pas encore lu... Mais j'ai vraiment envie de découvrir cette série qui a l'air bien intéressante!

Anne-Sophie a dit…

J'ai beaucoup aimé lire cette série même si le texte et le dessin restent très simples voire trop simples...

Isa a dit…

Cette série est géniale. J'ai acheté le tome 4 et je résiste à sa lecture pour pas être trop longtemps en manque !!!

Nanne a dit…

@ Keisha : Les auteurs sont très sollicités depuis la sortie du tome 1 de "Aya de Yopougon" ! Je n'ai pas la patience d'attendre dans la queue pour faire dédicacer un ouvrage ... Mais le tome 4 est très bien, même si ce n'est pas celui que j'ai le plus aimé !

@ Freude : Un conseil, réserve-les si tu le peux ! Parce que ce sont des ouvrages très demandés ... Je me suis fais souffler le tome 2. Alors j'ai lu les tomes 3 et 4 en attendant qu'il revienne !!

@ Liliba : Les dessins sont très simples, mais c'est surtout l'histoire, l'atmosphère et les messages passés qui sont intéressants à découvrir ... C'est une autre vision de l'Afrique, qui fait plaisir à voir et à lire !

@ Florinette : Pareil pour moi ! J'ai lu tous les tomes (sauf le tome 2 qu'il a fallu que je rende, parce que réservé !) ... J'espère qu'il sortira vers la fin 2009 pour lire la suite des aventures de ce quartier d'Abidjan !

@ Sylvie : Elle devrait te plaire, parce que les histoires sont belles et simples, les personnages attachants ! Cette BD peut être lue par des adultes et des enfants, et c'est un point très positif ... En plus, cela donne une autre perception de l'Afrique, beaucoup plus tonique et ambitieuse que l'image habituellement véhiculée dans les médias !

@ Anne-Sophie : Les dessins sont très peu élaborés, c'est sûr et je l'ai un peu regretté parce que j'aime les BD aux dessins détaillés et soignés ... Les histoires aussi sont simples, mais elles portent en elles des messages sociaux comme l'entraide, la générosité entre les générations, les rapports entre les personnes ...

@ Isa : Ouii, cette série est absolument géniale ! Mais ne résiste pas trop et lis le tome 4, car je pense que le tome 5 arrivera assez rapidement ...