25 novembre 2008

VASCO DE GAMA ET LE REVEILLON RATE

  • Salut et liberté - Fred Vargas (Librio 2€ n°547)



Après la déception due à la précédente lecture des nouvelles de Mark Twain, j'ai très vite voulu passer à autre chose. Heureusement, cette fois-ci cela a été une bonne pioche. Fine mouche, je savais par avance ne pas prendre de risques avec Fred Vargas. Là encore, deux nouvelles. Mais de qualité, celles-là.

"Salut et liberté" qui donne le titre de ce petit livre (78 pages) où l'histoire de Vasco, tailleur de son état, assis sur un banc faisant face au commissariat du 5ème arrondissement de Paris. Il tue le temps en sirotant des bières et en boulotant des olives vertes. Drôle de personnage que ce Vasco, qui se balade avec un portemanteau en guise de compagnon de route et tout un fourbis inutile dans ses multiples poches de veste."Vasco, fidèle à l'une de ses principales manies, vidait méticuleusement ses poches et en disposait le contenu sur le banc et sur le trottoir, comme s'il le voyait pour la première fois. Et ses poches, extrêmement nombreuses, contenaient des accumulations inépuisables d'objets inclassables".

Cela faisait maintenant plus d'un mois qu'il s'était installé avec tout son attirail face au commissariat. Ce comportement obsédait le lieutenant Danglard qui faisait tout son possible pour virer Vasco de son banc, alors qu'Adamsberg semblait préoccupé par une lettre anonyme singulière lui annonçant un meurtre non répertorié par les services de police. Et lorsque Vasco de Gama débarque, un jour, avec un immense lampadaire en plus de tout son bazar, Adamsberg - quant à lui - reçoit une 2ème lettre anonyme. Des lettres qui oscillent entre insultes et confidences, hargne et courtoisie. Avec un flair extraordinaire, Adamsberg finit par faire le lien entre la présence incongrue du vieux Vasco devant le commissariat et les lettres anonymes. Mais par quelles relations ces deux événements peuvent-ils être reliés ? C'est la pièce manquante que doit trouver Adamsberg pour résoudre cette énigme.

Avec "La nuit des brutes", le réveillon de Noël se résume selon Adamsberg - de garde cette nuit là - à une série de drames en tous genres, en lieu et place du repas festif et des cadeaux traditionnellement échangés. "A Noël, tout le monde
s'engueule, la majorité sanglote, une partie divorce, quelques-uns se suicident. Et une toute petit partie, suffisante pour mettre les flics sur les dents, tue. C'est un jour comme les autres, en beaucoup moins bien". Cette nuit-là, fête des familles réunies et des enfants gâtés, des rues illuminées de guirlandes, des vitrines décorées comme des arbres de Noël, la solitude prend une tonalité plus sordide que le reste de l'année. Cette nuit-là, une femme décide d'en finir avec la vie et enjambe le parapet du pont National pour se jeter dans les eaux sombres et troubles de la Seine. Personne n'a rien vu ni rien entendu. C'était Noël. Alors que tout le monde se persuade du suicide de celle-ci, Adamsberg est sûr et certain d'avoir affaire à un meurtre difficile à résoudre. Heureusement que ces nuits-là, il se trouve aussi des ornithologues en cellule de dégrisement pour aider la police à trouver la solution.

Pour ceux qui - comme moi -, n'ont jamais ouvert un roman de Fred Vargas, dans "Salut et liberté", on fait connaissance avec le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg au flair aiguisé, au flegme presque britannique et aux méthodes
d'enquête quelque peu originales. C'est un personnage décalé, à contre-courant du commissaire académique que l'on rencontre dans nombre de romans policiers. Il tient tout à la fois du commissaire Maigret de Simenon pour sa placidité, de Sherlock Holmes de Conan Doyle et Rouletabille de Leroux pour leur esprit de déduction infaillible. Le style d'écriture subtilement décontracté avec un zeste de suspense, les personnages hors du commun qui peuplent ces deux nouvelles rendent la lecture jubilatoire et donne envie de continuer à découvrir cette romancière talentueuse.

8 commentaires:

cathe a dit…

Tiens, je lis les Vargas depuis le début et ce petit-là ne me dit rien..... Bizarre ;-))

sylire a dit…

Je lis peu de polars mais Vargas, c'est sympa :-)

Florinette a dit…

Très bonne idée, car je n'ai toujours rien lu de Fred Vargas, et c'est une bonne entrée en matière ! ;-)

Anne-Sophie a dit…

Pas croyable ! Les filles, lisez Vargas, surtout ses premiers polars, c'est vraiment très bien. Pas rtop aimé l'homme à l'envers ni lu ses récents mais il y en a d'excellents. Idéal pour passer une bonne soirée...

Nanne a dit…

@ Cathe : Tu les as peut-être lues dans le recueil de nouvelles "Coule la Seine". Elles ont été rééditées dans ce livret ...

@ Sylire : C'est le 1er Vargas que je lis et je sais déjà que je vais poursuivre ... Donc, c'est plutôt bon signe ;-D

@ Florinette : C'est la meilleure méthode pour découvrir des auteurs que l'on n'a jamais lus. Et ce petit recueil est une excellente entrée en matière :-))

@ Anne-Sophie : Tu prêches des converties, ou quasiment. Je ne la connaissais pas, mais maintenant je sais pourquoi elle a autant de succès !!

keisha a dit…

Un Vargas que je ne connaissais pas! Je suis accro à ce qu'elle écrit (sauf un qui m'a déçue). Lisez là !

cathe a dit…

Tu as raison, j'ai dû le lire dans ce recueil mais je l'ai un peu oublié...

Et je ne suis pas d'accord avec Anne-Sophie, je trouve qu'elle se bonifie avec l'âge et que ses livres récents sont vraiment excellents. Je mettrai juste un bémol pour "Sous les vents de Neptune", mais le téléfilm était vraiment excellent :-)

Bref je suis une inconditionnelle ;-)

Nanne a dit…

@ Keisha : Peut-être l'as-tu lu dans le même recueil que Cathe "Coule la Seine". Mais je te rassure, je vais continuer la lecture de ses romans !!

@ Cathe : Je n'ai pas vraiment de recul, puisque c'est mon premier (petit) livre que je lis de Vargas. Mais je verrai au fil de mes rencontres avec ses romans. J'aime déjà son écriture, ce qui est un point positif ;-D